Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 530

Adèle Foucher, Madame Victor HUGO (1803-1868)…

Estimate
€1,500 - €1,800
ca. US$1,870 - US$2,245
Price realised:
n. a.
Auction archive: Lot number 530

Adèle Foucher, Madame Victor HUGO (1803-1868)…

Estimate
€1,500 - €1,800
ca. US$1,870 - US$2,245
Price realised:
n. a.
Beschreibung:

Adèle Foucher, Madame Victor HUGO (1803-1868) et Victor HUGO (1802-1885).Lettre autographe par les deux, [1862], à leur fils Charles Hugo; 5 pages et demie in-8 (dont une demi-page de la main de Victor Hugo .Longue lettre de conseils pour l'adaptation théâtrale des Misérables par Charles Hugo et Paul Meurice. [La pièce sera créée au théâtre des Galeries Saint-Hubert à Bruxelles en 1863.]Adèle écrit à son fils «après une longue conversation que ton père vient d'avoir avec moi [...] Ton père dit qu'avec sa vieille expérience du théâtre et du public il est impossible qu'un drame morcelé fait sur un livre aussi connu que Les Misérables réussisse, qu'au voyage en Belgique quand vous discutiez le drame il avait toujours été entendu qu'il finirait à la mort de Jean Valjean, qu'il se souvient qu'en effet Chilly [directeur de l'Ambigu] ayant écrit les obstacles que soulevait la censure vous avez tenu conseil et décidé que vous n'enverriez à la censure, comme ballon d'essai seulement, la partie du drame la moins inquiétante pour le gouvernement et que ce n'est qu'à la dernière extrémité et contraints que vous eussiez consenti à ne mettre en scène qu'un tronçon du roman. De plus le public parisien est un public pénétrant et délicat qui eut rétabli les véritables figures des personnages forcément déguisés et leur eut ôté leurs masques, ce n'est pas les auteurs de la pièce qu'il eut fait responsable de ces substitutions, mais bien le gouvernement dont il sait le despotisme - à l'étranger c'est différent [...] On ne veut pas d'adoucissement et de variante aux personnages créés par la lecture du roman et qu'on tient à retrouver. [...] l'auteur a les coudées franches à l'étranger. L'exigence du spectateur est toute simple»... Quant à l'accueil frileux de sa pièce par les directeurs de théâtres étrangers, «ce n'est pas près d'eux qu'il faut réussir mais près du public. Songe mon Charles au retentissement de ton nom, au retentissement des Misérables et au retentissement qu'aura votre pièce et quelle responsabilité tu prends en la faisant représenter dans des conditions redoutées par ton père. Rêve ce que serait un échec de la pièce après le succès sans précédent du roman. C'est ton avenir que tu engages dans cette partie». Les engagements ayant été pris avec des directeurs de théâtre impatients, les répétitions devront débuter dès novembre, mais, dans son état actuel, la pièce est entièrement à réécrire. Meurice, occupé avec une autre pièce, ne peut aider Charles dans ce travail laborieux, et son père l'invite à venir le retrouver immédiatement; Adèle rapporte les propos de Victor: «nous nous mettrons le jour de ton arrivée au travail, je n'écrirai rien bien entendu du drame, mais en dirigerai le plan, en reverrai les difficultés et serai enfin ton directeur permanent. Il y a ici des copistes et la pièce étant copiée au fur à mesure qu'elle sera écrite pourra être terminée le 25 novembre. Voilà une offre mon Charles, qui à ta place me transporterait car il est évident qu'une pièce maintenant Les Misérables dans leur réalité absolue est d'un succès certain et indiscutable», sans compter la responsabilité de «faire revivre en chair et en os l'oeuvre la plus importante de ton père»...Victor Hugo prend alors la plume pour rectifier: «Ta mère, mon Charles, me donne sa lettre à lire, je la trouve excellente; seulement il y a une petite méprise; je ne crains pas que tu fasses jouer à l'étranger le drame déguisé, ce n'est nullement ta pensée, mais inachevé. Là est le péril. Un commencement de drame n'est pas un drame, il faut au public une émotion complète; le commencement, le milieu et la fin. Il est impossible que l'infaillible sens dramatique de Paul Meurice ne soit pas de ces avis. Meurice est le meilleur des collaborateurs; mais si François les Bas-Bleus l'accapare, viens ici. Je te conseillerai pour les larges et nécessaires amputations à faire dans le livre, et en quinze jours, tu écriras ton drame. Je t'embrasse, mon Charles».Adèle termine: «To

Auction archive: Lot number 530
Auction:
Datum:
19 Nov 2014
Auction house:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Beschreibung:

Adèle Foucher, Madame Victor HUGO (1803-1868) et Victor HUGO (1802-1885).Lettre autographe par les deux, [1862], à leur fils Charles Hugo; 5 pages et demie in-8 (dont une demi-page de la main de Victor Hugo .Longue lettre de conseils pour l'adaptation théâtrale des Misérables par Charles Hugo et Paul Meurice. [La pièce sera créée au théâtre des Galeries Saint-Hubert à Bruxelles en 1863.]Adèle écrit à son fils «après une longue conversation que ton père vient d'avoir avec moi [...] Ton père dit qu'avec sa vieille expérience du théâtre et du public il est impossible qu'un drame morcelé fait sur un livre aussi connu que Les Misérables réussisse, qu'au voyage en Belgique quand vous discutiez le drame il avait toujours été entendu qu'il finirait à la mort de Jean Valjean, qu'il se souvient qu'en effet Chilly [directeur de l'Ambigu] ayant écrit les obstacles que soulevait la censure vous avez tenu conseil et décidé que vous n'enverriez à la censure, comme ballon d'essai seulement, la partie du drame la moins inquiétante pour le gouvernement et que ce n'est qu'à la dernière extrémité et contraints que vous eussiez consenti à ne mettre en scène qu'un tronçon du roman. De plus le public parisien est un public pénétrant et délicat qui eut rétabli les véritables figures des personnages forcément déguisés et leur eut ôté leurs masques, ce n'est pas les auteurs de la pièce qu'il eut fait responsable de ces substitutions, mais bien le gouvernement dont il sait le despotisme - à l'étranger c'est différent [...] On ne veut pas d'adoucissement et de variante aux personnages créés par la lecture du roman et qu'on tient à retrouver. [...] l'auteur a les coudées franches à l'étranger. L'exigence du spectateur est toute simple»... Quant à l'accueil frileux de sa pièce par les directeurs de théâtres étrangers, «ce n'est pas près d'eux qu'il faut réussir mais près du public. Songe mon Charles au retentissement de ton nom, au retentissement des Misérables et au retentissement qu'aura votre pièce et quelle responsabilité tu prends en la faisant représenter dans des conditions redoutées par ton père. Rêve ce que serait un échec de la pièce après le succès sans précédent du roman. C'est ton avenir que tu engages dans cette partie». Les engagements ayant été pris avec des directeurs de théâtre impatients, les répétitions devront débuter dès novembre, mais, dans son état actuel, la pièce est entièrement à réécrire. Meurice, occupé avec une autre pièce, ne peut aider Charles dans ce travail laborieux, et son père l'invite à venir le retrouver immédiatement; Adèle rapporte les propos de Victor: «nous nous mettrons le jour de ton arrivée au travail, je n'écrirai rien bien entendu du drame, mais en dirigerai le plan, en reverrai les difficultés et serai enfin ton directeur permanent. Il y a ici des copistes et la pièce étant copiée au fur à mesure qu'elle sera écrite pourra être terminée le 25 novembre. Voilà une offre mon Charles, qui à ta place me transporterait car il est évident qu'une pièce maintenant Les Misérables dans leur réalité absolue est d'un succès certain et indiscutable», sans compter la responsabilité de «faire revivre en chair et en os l'oeuvre la plus importante de ton père»...Victor Hugo prend alors la plume pour rectifier: «Ta mère, mon Charles, me donne sa lettre à lire, je la trouve excellente; seulement il y a une petite méprise; je ne crains pas que tu fasses jouer à l'étranger le drame déguisé, ce n'est nullement ta pensée, mais inachevé. Là est le péril. Un commencement de drame n'est pas un drame, il faut au public une émotion complète; le commencement, le milieu et la fin. Il est impossible que l'infaillible sens dramatique de Paul Meurice ne soit pas de ces avis. Meurice est le meilleur des collaborateurs; mais si François les Bas-Bleus l'accapare, viens ici. Je te conseillerai pour les larges et nécessaires amputations à faire dans le livre, et en quinze jours, tu écriras ton drame. Je t'embrasse, mon Charles».Adèle termine: «To

Auction archive: Lot number 530
Auction:
Datum:
19 Nov 2014
Auction house:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert