Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 87

Alexandre IACOVLEFF (1887-1938)

Estimate
€8,000 - €12,000
ca. US$9,714 - US$14,572
Price realised:
n. a.
Auction archive: Lot number 87

Alexandre IACOVLEFF (1887-1938)

Estimate
€8,000 - €12,000
ca. US$9,714 - US$14,572
Price realised:
n. a.
Beschreibung:

TUNIS, 1930 Huile sur toile montée sur carton Signée, localisée et datée en bas à gauche «AIacovleff/ Tunis 1930» 72,5 x 47 cm - 28.5 x 18.5 in. Signed, situated and dated on the lower left “AIacovleff/ Tunis 1930” oil on canvas mounted on cardboard Cette œuvre sera incluse dans le catalogue raisonné en préparation par Madame Caroline Haardt de la Baume. Un certificat d'authenticité de Madame Caroline Haardt de La Baume, Expert de l'œuvre d'Alexandre Iacovleff, sera remis à l'acquéreur. Provenance - Anciennement Collection Pierre Bressy, Paris - Collection particulière Expositions - Peintures et Dessins d'Alexandre Iacovleff. Galerie La Renaissance, Paris, 18 Novembre-2 Décembre 1930. Ce lot a vraisemblablement été exposé sous le n°23 Un Café. Bibliographie - A. Alexandre: «Trois pays vus par Alexandre Iacovleff», La Renaissance de l'Art, Novembre 1930. - Non signé: «En Corse et en Tunisie avec A. Iacovleff» Vogue, Décembre 1930. - Catalogue des Peintures et Dessins d'Alexandre Iacovleff. Galerie La Renaissance, 11, rue Royale, Paris. 18 Novembre-2 Décembre. Impression G. de Malherbe, 1930 COLLECTION DE MONSIEUR X Alexandre IACOVLEFF TUNIS, 1930 Né à Saint-Pétersbourg, où il reçut l'excellente formation de l'Académie des Beaux-Arts, Alexandre Iacovleff est un artiste voyageur qui a parcouru le monde au début du XXème siècle. Célèbre pour avoir été le peintre officiel des fameuses Expéditions Citroën en autochenilles à travers l'Afrique et l'Asie, La Croisière Noire (1924) et la Croisière Jaune (1931), il rapporte de ces missions des centaines de dessins et de toiles, aussi variées que les portraits de femmes Mangbetou à la coiffure hiératique, les confins de l'Himalaya, ou les Mongols parés d'atours chatoyants. Son œuvre est intimement liée à son existence aventureuse. L'homme ne tient pas en place et l'affirme : «J'aime les voyages, la volupté du déplacement, les nouveaux spectacles que l'on s'en va découvrir dans le monde.» Si, dès les années Vingt, Paris devient son point d'ancrage, il aime à s'évader sur les rivages de la Méditerranée, à Capri, en Corse, ou encore à Tunis. L'atmosphère de Tunis, par ses couleurs, ses parfums et son rythme l'enchante particulièrement. De cette cité bruissante, dont il sillonne jour et nuit les rues au printemps 1930, il fait son atelier de peintre. Il consacre une trentaine de toiles à l'animation de la vie quotidienne tunisienne, aux hammams, aux musiciens, aux danseuses, aux marchands, et aux cafés. Curieux des autres, l'artiste russe observe son entourage avec acuité et s'attache à révéler le geste précis et la nature profonde de chacun. Dans cette ravissante huile aux tonalités subtiles de bleu et de vert, il nous invite à entrer dans un café traditionnel où les joueurs de de cartes se concentrent sur leur jeu. Comme à son habitude, pour préparer ses compositions, Alexandre Iacovleff prend des notes et réalise des croquis et des études de ses modèles. [Etudes 1, 2, 3 et 4 Tunis 1930]. En novembre 1930, la galerie parisienne La Renaissance présente une exposition intitulée «Trois pays vus par Alexandre Iacovleff», regroupant une sélection d'œuvres réalisées dans ces trois lieux chers à l'artiste, Capri, Tunis, et Calvi, où figure cette œuvre. Journaux et revues comme Vogue, et La Renaissance de L'Art, entre autres, rendent hommage au talent de l'artiste. Dans cette dernière revue, Arsène Alexandre, l'un des grands admirateurs du peintre, consacre un long article éponyme à cette exposition. Il constate que «La grande force de Iacovleff et la raison de l'impression qu'il nous procure, résident dans le choix de l'heure pour la nature, et du moment pour les êtres. Mais aussi le secret est dans ce mot fécond et mystérieux : l'Interprétation. Il imagine la réalité en même temps qu'il la perçoit. Il peut donc, après coup la réinventer avec toute la force, la souplesse et l'originalité dont il est capable.» Nous remercions Madame Caroline Haardt de La Baume d'avoir écrit cette notice.

Auction archive: Lot number 87
Auction:
Datum:
15 Dec 2020
Auction house:
SAS Cornette de Saint Cyr
Paris, 6, avenue Hoche 75008 Paris
Beschreibung:

TUNIS, 1930 Huile sur toile montée sur carton Signée, localisée et datée en bas à gauche «AIacovleff/ Tunis 1930» 72,5 x 47 cm - 28.5 x 18.5 in. Signed, situated and dated on the lower left “AIacovleff/ Tunis 1930” oil on canvas mounted on cardboard Cette œuvre sera incluse dans le catalogue raisonné en préparation par Madame Caroline Haardt de la Baume. Un certificat d'authenticité de Madame Caroline Haardt de La Baume, Expert de l'œuvre d'Alexandre Iacovleff, sera remis à l'acquéreur. Provenance - Anciennement Collection Pierre Bressy, Paris - Collection particulière Expositions - Peintures et Dessins d'Alexandre Iacovleff. Galerie La Renaissance, Paris, 18 Novembre-2 Décembre 1930. Ce lot a vraisemblablement été exposé sous le n°23 Un Café. Bibliographie - A. Alexandre: «Trois pays vus par Alexandre Iacovleff», La Renaissance de l'Art, Novembre 1930. - Non signé: «En Corse et en Tunisie avec A. Iacovleff» Vogue, Décembre 1930. - Catalogue des Peintures et Dessins d'Alexandre Iacovleff. Galerie La Renaissance, 11, rue Royale, Paris. 18 Novembre-2 Décembre. Impression G. de Malherbe, 1930 COLLECTION DE MONSIEUR X Alexandre IACOVLEFF TUNIS, 1930 Né à Saint-Pétersbourg, où il reçut l'excellente formation de l'Académie des Beaux-Arts, Alexandre Iacovleff est un artiste voyageur qui a parcouru le monde au début du XXème siècle. Célèbre pour avoir été le peintre officiel des fameuses Expéditions Citroën en autochenilles à travers l'Afrique et l'Asie, La Croisière Noire (1924) et la Croisière Jaune (1931), il rapporte de ces missions des centaines de dessins et de toiles, aussi variées que les portraits de femmes Mangbetou à la coiffure hiératique, les confins de l'Himalaya, ou les Mongols parés d'atours chatoyants. Son œuvre est intimement liée à son existence aventureuse. L'homme ne tient pas en place et l'affirme : «J'aime les voyages, la volupté du déplacement, les nouveaux spectacles que l'on s'en va découvrir dans le monde.» Si, dès les années Vingt, Paris devient son point d'ancrage, il aime à s'évader sur les rivages de la Méditerranée, à Capri, en Corse, ou encore à Tunis. L'atmosphère de Tunis, par ses couleurs, ses parfums et son rythme l'enchante particulièrement. De cette cité bruissante, dont il sillonne jour et nuit les rues au printemps 1930, il fait son atelier de peintre. Il consacre une trentaine de toiles à l'animation de la vie quotidienne tunisienne, aux hammams, aux musiciens, aux danseuses, aux marchands, et aux cafés. Curieux des autres, l'artiste russe observe son entourage avec acuité et s'attache à révéler le geste précis et la nature profonde de chacun. Dans cette ravissante huile aux tonalités subtiles de bleu et de vert, il nous invite à entrer dans un café traditionnel où les joueurs de de cartes se concentrent sur leur jeu. Comme à son habitude, pour préparer ses compositions, Alexandre Iacovleff prend des notes et réalise des croquis et des études de ses modèles. [Etudes 1, 2, 3 et 4 Tunis 1930]. En novembre 1930, la galerie parisienne La Renaissance présente une exposition intitulée «Trois pays vus par Alexandre Iacovleff», regroupant une sélection d'œuvres réalisées dans ces trois lieux chers à l'artiste, Capri, Tunis, et Calvi, où figure cette œuvre. Journaux et revues comme Vogue, et La Renaissance de L'Art, entre autres, rendent hommage au talent de l'artiste. Dans cette dernière revue, Arsène Alexandre, l'un des grands admirateurs du peintre, consacre un long article éponyme à cette exposition. Il constate que «La grande force de Iacovleff et la raison de l'impression qu'il nous procure, résident dans le choix de l'heure pour la nature, et du moment pour les êtres. Mais aussi le secret est dans ce mot fécond et mystérieux : l'Interprétation. Il imagine la réalité en même temps qu'il la perçoit. Il peut donc, après coup la réinventer avec toute la force, la souplesse et l'originalité dont il est capable.» Nous remercions Madame Caroline Haardt de La Baume d'avoir écrit cette notice.

Auction archive: Lot number 87
Auction:
Datum:
15 Dec 2020
Auction house:
SAS Cornette de Saint Cyr
Paris, 6, avenue Hoche 75008 Paris
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert