Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 40

Bernardino CAMPI Reggio d'Emilie, 1520 - 1591 Portrait présumé d'Ippolita Gonzaga (1535-1563)

Estimate
€70,000 - €100,000
ca. US$76,970 - US$109,957
Price realised:
n. a.
Auction archive: Lot number 40

Bernardino CAMPI Reggio d'Emilie, 1520 - 1591 Portrait présumé d'Ippolita Gonzaga (1535-1563)

Estimate
€70,000 - €100,000
ca. US$76,970 - US$109,957
Price realised:
n. a.
Beschreibung:

Bernardino CAMPI Reggio d'Emilie, 1520 - 1591 Portrait présumé d'Ippolita Gonzaga (1535-1563) Huile sur toile Presumed portrait of Ippolita Gonzaga, oil on canvas, by B. Campi Hauteur : 116 Largeur : 90 cm Provenance : Collection particulière, Bruxelles Bibliographie : Marco Tanzi, " Due esercitazioni lombarde : Bernardino Campi e Giulia Cesare Procaccini ", in 'Storia dell'arte', Nuova Serie, 1-2018, p. 9-18, repr. fig. 1 Commentaire : Notre élégant portrait décrit avec précision de luxueux vêtements de cour qui nous permettent de dater vers 1550 notre tableau. La veste à épaulettes ornée de crevées et de nombreux galons d'or, la richesse des parures et des perles fascinent, l'hermine à tête sertie de pierres précieuses n'est pas sans rappeler l'effet que produit 'Antea', cette jeune femme peinte par Parmesan vers 1535 (huile sur toile, 135 x 88 cm, Naples, Galleria Nazionale de Capodimonte). Après un premier apprentissage chez son père orfèvre, Bernardino Campi rejoint l'atelier de Giulio Campi à Crémone1. S'ensuit un passage à Mantoue dans l'atelier d'Ippolito Costa, fils de Lorenzo Costa avant de revenir à Crémone où il installe son propre atelier à partir de 1541. À partir de 1550, et jusque 1565, il est actif à Milan et produit ses plus beaux portraits de l'élite séjournant dans la capitale lombarde. Il est introduit par Niccolo Secco - pour lequel il exécute la décoration de la chapelle du Sacrement dans l'église paroissiale de Caravaggio - dans les cercles qui comptent et notamment celui du gouverneur de la ville Ferrante I Gonzaga2 et celui de sa fille Ippolita Gonzaga (1535-1563), mariée fort jeune en 1548 à Fabrizio Colonna, veuve en 1551, puis remariée à Antonio Carafa en 1554. Les portraits des poètes, intellectuels, magistrats, nobles, artistes et militaires que réalise Bernardino Campi sont parfois signés mais aucun portrait de femme signé n'est à ce jour connu. Parmi les plus remarquables productions de cette période faste pour le peintre, citons le 'Portrait de gentilhomme appuyé sur une colonne' (Paris, musée du Louvre, inv. M1885), le 'Portrait de gentilhomme avec son chien' (Crémone, collection privée) ou encore le 'Portrait de gentilhomme en noir avec des obélisques en arrière-plan' (Brescia et anciennement Londres, collection de lord Northwick). Notre toile fut sans doute importante dans les années qui suivirent sa réalisation puisque qu'une toile de la série Gonzague du château d'Ambras aujourd'hui conservée à Vienne en copie les traits3. Marco Tanzi exprime des doutes quant à l'identification du modèle à Porzia Gonzaga (ainsi est légendée la toile en partie supérieure) et émet l'hypothèse que notre portrait soit en réalité celui de la belle Ippolita Gonzaga, fille du gouverneur de Milan. Nous savons en effet que Bernardino Campi peignit les portraits de Ferrante Gonzaga et celui de son épouse Isabelle di Capua mais aussi qu'en 1549 cette dernière demande au peintre de réaliser le portrait de sa fille Ippolita. En 1553-1554, c'est cette fois-ci Ippolita qui demande à Bernardino Campi de réaliser à nouveau un portrait d'elle. L'habillement du portrait de Vienne identifié comme Porzia Gonzaga ne correspond pas aux dates de ce modèle. Celle-ci se marie vers 1535, période à laquelle la mode féminine est tout autre. Si l'on compare notre portrait à la seule iconographie certaine d'Ippolita Gonzaga, à savoir une médaille de bronze datée de 1550 (fig. 1), la mode est plus concordante et la thèse de Marco Tanzi qui tend à voir dans notre portrait la représentation d'Ippolita Gonzaga portraiturée peu avant son second mariage avec Antonio Carafa à Naples en 1554 nous séduit. 1. Les deux hommes n'ont aucun lien de parenté particulier. La famille de Bernardino est en effet de Reggio Emilia et la famille de Giulio et Antonio Campi est de Crémone. 2. Ferrante Gonzaga fut, au service de l'empereur Charles Quint, vice-roi de Sicile de 1535 à 1546 et gouverneur de Milan de 1546 à 1554. 3. 'Portrait dit de Porzia Gonzaga

Auction archive: Lot number 40
Auction:
Datum:
23 Mar 2022
Auction house:
Artcurial
7, rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 42992020
Beschreibung:

Bernardino CAMPI Reggio d'Emilie, 1520 - 1591 Portrait présumé d'Ippolita Gonzaga (1535-1563) Huile sur toile Presumed portrait of Ippolita Gonzaga, oil on canvas, by B. Campi Hauteur : 116 Largeur : 90 cm Provenance : Collection particulière, Bruxelles Bibliographie : Marco Tanzi, " Due esercitazioni lombarde : Bernardino Campi e Giulia Cesare Procaccini ", in 'Storia dell'arte', Nuova Serie, 1-2018, p. 9-18, repr. fig. 1 Commentaire : Notre élégant portrait décrit avec précision de luxueux vêtements de cour qui nous permettent de dater vers 1550 notre tableau. La veste à épaulettes ornée de crevées et de nombreux galons d'or, la richesse des parures et des perles fascinent, l'hermine à tête sertie de pierres précieuses n'est pas sans rappeler l'effet que produit 'Antea', cette jeune femme peinte par Parmesan vers 1535 (huile sur toile, 135 x 88 cm, Naples, Galleria Nazionale de Capodimonte). Après un premier apprentissage chez son père orfèvre, Bernardino Campi rejoint l'atelier de Giulio Campi à Crémone1. S'ensuit un passage à Mantoue dans l'atelier d'Ippolito Costa, fils de Lorenzo Costa avant de revenir à Crémone où il installe son propre atelier à partir de 1541. À partir de 1550, et jusque 1565, il est actif à Milan et produit ses plus beaux portraits de l'élite séjournant dans la capitale lombarde. Il est introduit par Niccolo Secco - pour lequel il exécute la décoration de la chapelle du Sacrement dans l'église paroissiale de Caravaggio - dans les cercles qui comptent et notamment celui du gouverneur de la ville Ferrante I Gonzaga2 et celui de sa fille Ippolita Gonzaga (1535-1563), mariée fort jeune en 1548 à Fabrizio Colonna, veuve en 1551, puis remariée à Antonio Carafa en 1554. Les portraits des poètes, intellectuels, magistrats, nobles, artistes et militaires que réalise Bernardino Campi sont parfois signés mais aucun portrait de femme signé n'est à ce jour connu. Parmi les plus remarquables productions de cette période faste pour le peintre, citons le 'Portrait de gentilhomme appuyé sur une colonne' (Paris, musée du Louvre, inv. M1885), le 'Portrait de gentilhomme avec son chien' (Crémone, collection privée) ou encore le 'Portrait de gentilhomme en noir avec des obélisques en arrière-plan' (Brescia et anciennement Londres, collection de lord Northwick). Notre toile fut sans doute importante dans les années qui suivirent sa réalisation puisque qu'une toile de la série Gonzague du château d'Ambras aujourd'hui conservée à Vienne en copie les traits3. Marco Tanzi exprime des doutes quant à l'identification du modèle à Porzia Gonzaga (ainsi est légendée la toile en partie supérieure) et émet l'hypothèse que notre portrait soit en réalité celui de la belle Ippolita Gonzaga, fille du gouverneur de Milan. Nous savons en effet que Bernardino Campi peignit les portraits de Ferrante Gonzaga et celui de son épouse Isabelle di Capua mais aussi qu'en 1549 cette dernière demande au peintre de réaliser le portrait de sa fille Ippolita. En 1553-1554, c'est cette fois-ci Ippolita qui demande à Bernardino Campi de réaliser à nouveau un portrait d'elle. L'habillement du portrait de Vienne identifié comme Porzia Gonzaga ne correspond pas aux dates de ce modèle. Celle-ci se marie vers 1535, période à laquelle la mode féminine est tout autre. Si l'on compare notre portrait à la seule iconographie certaine d'Ippolita Gonzaga, à savoir une médaille de bronze datée de 1550 (fig. 1), la mode est plus concordante et la thèse de Marco Tanzi qui tend à voir dans notre portrait la représentation d'Ippolita Gonzaga portraiturée peu avant son second mariage avec Antonio Carafa à Naples en 1554 nous séduit. 1. Les deux hommes n'ont aucun lien de parenté particulier. La famille de Bernardino est en effet de Reggio Emilia et la famille de Giulio et Antonio Campi est de Crémone. 2. Ferrante Gonzaga fut, au service de l'empereur Charles Quint, vice-roi de Sicile de 1535 à 1546 et gouverneur de Milan de 1546 à 1554. 3. 'Portrait dit de Porzia Gonzaga

Auction archive: Lot number 40
Auction:
Datum:
23 Mar 2022
Auction house:
Artcurial
7, rond-point des Champs-Élysées
75008 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 42992020
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert