Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 187

Commode galbée en placage de bois de violette

Estimate
€25,000 - €35,000
ca. US$36,533 - US$51,147
Price realised:
€30,000
ca. US$43,840
Auction archive: Lot number 187

Commode galbée en placage de bois de violette

Estimate
€25,000 - €35,000
ca. US$36,533 - US$51,147
Price realised:
€30,000
ca. US$43,840
Beschreibung:

Commode galbée en placage de bois de violette marqueté en bois de bout à décor de branchages fleuris sur des fonds de bois de rose et de contre fonds de bois de violette, dans des encadrements à filets de buis chantourné. Elle ouvre par deux tiroirs sans traverse. Montants et pieds cambrés Riche ornementation de bronze ciselé et redoré à décor d'encadrements à ombilics, rinceaux, fleurettes et feuillage, poignées (rapportées), chutes, astragales et sabots (manques en façade et sur les côtés) Estampilles de DUBOIS et poinçons de Jurande Epoque Louis XV (restaurations d'usage dans les fonds) Plateau de marbre brèche d'Alep (réparé) H : 85 - L : 129 - P : 59 cm Voir les reproductions pages 81 à 83 DUBOIS (Jacques) reçu Maître le 5 Septembre 1742 Provenance : - Vente à Paris, Ader-Picard-Tajan, Palais Galliera, Collection Henri de Rothschild et à divers amateurs, le 22 mars 1977, lot 131. Bibliographie : P. Kjellberg, Le mobilier français du XVIIIème siècle, Paris, 1989, p.271 (illustrée). Parallèlement à une production de meubles en vernis Martin, et à panneaux de laques de la Chine ou du Japon, Jacques Dubois confectionna des meubles en placage et en marqueterie de très grande qualité. C'est le cas de cette commode qui démontre les talents de marqueteurs de l'ébéniste, sur laquelle il a disposé un élégant décor de bronze ciselé et doré. Ce type de marqueterie florale en bois de bout, privilégié par Bernard Van Risenburgh apparaît sur quelques pièces de Dubois, notamment sur un bureau de pente de l'ancienne collection Maurice Segoura (illustré dans P. Kjellberg, Le mobilier français du XVIIIème siècle, Paris, 2002, p.313). Son ornementation de bronzes dorés, particulièrement le cartouche central fait d'un jeu de courbes et de contrecourbes feuillagées, est une constante chez l'un des confrères de Dubois, Matthieu Criaerd (maître en 1738), qui utilisa ce type de décor sur quelques-unes de ses commodes : voir notamment un exemplaire conservé au Musée du Louvre (D. Alcouffe, A. Dion-Tenenbaum et A. Lefébure, Le mobilier du Musée du Louvre, Dijon, 1993, p.152), ainsi qu'un second, livré pour le cabinet du Dauphin à Versailles (D. Meyer, Le mobilier de Versailles, XVIIème et XVIIIème siècles, Dijon, 2002, p.61). Dubois l'utilisa beaucoup plus rarement, dont une commode en placage de bois satiné et d'amarante passée récemment sur le marché de l'art (vente Christie's, Londres, 6 décembre 2007, lot 137) et une seconde, anciennement dans la collection du Dr. Anton C.R. Dreesmann (vente Christie's, Londres, le 10 avril 2002, lot 290). Notons que ce cartouche de bronze doré apparaît à l'identique sur quelques commodes de BVRB, particulièrement sur une première provenant du château de Bellevue (Vente à Paris, Mes Couturier-Nicolay, Collection Bensimon, les 18-19 novembre 1981, lot 46) et sur une seconde passée en vente chez Christie's, à New York, le 20 avril 2007, lot 50. Cette similitude tendrait à prouver, soit des relations commerciales entre les deux ébénistes, soit qu'ils faisaient tous deux appel au même bronzier. Jacques DUBOIS (1693-1763) ébéniste reçu maître le 5 septembre 1742. A l'instar de BVRB et de Joseph Baumhauer il est l'un des plus importants artisans en meubles du règne de Louis XV. Il fait ses débuts en tant qu'ouvrier libre dans le quartier du faubourg Saint-Antoine, puis fait enregistrer ses lettres de maîtrise quelques années plus tard. Il acquiert rapidement une grande notoriété, ce qui lui permet de se composer une des plus belles clientèles privées de l'époque. Pour ne donner que quelques exemples des chefs-d'oeuvre que réalisa l'ébéniste citons : les bureaux plats dits « de Choiseul » et « de Vergennes » conservés au Musée du Louvre, le monumental meuble en laque du Japon et vernis européen formant secrétaire et armoire conservé à Waddesdon Manor et l'exceptionnelle encoignure en placage de satiné marqueté de bois de bout qui fait partie des collections du J. Paul Getty Museum.

Auction archive: Lot number 187
Auction:
Datum:
4 Dec 2009
Auction house:
Thierry de Maigret
5 rue de Montholon
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 4483 9520
+33 (0)1 4483 9521
Beschreibung:

Commode galbée en placage de bois de violette marqueté en bois de bout à décor de branchages fleuris sur des fonds de bois de rose et de contre fonds de bois de violette, dans des encadrements à filets de buis chantourné. Elle ouvre par deux tiroirs sans traverse. Montants et pieds cambrés Riche ornementation de bronze ciselé et redoré à décor d'encadrements à ombilics, rinceaux, fleurettes et feuillage, poignées (rapportées), chutes, astragales et sabots (manques en façade et sur les côtés) Estampilles de DUBOIS et poinçons de Jurande Epoque Louis XV (restaurations d'usage dans les fonds) Plateau de marbre brèche d'Alep (réparé) H : 85 - L : 129 - P : 59 cm Voir les reproductions pages 81 à 83 DUBOIS (Jacques) reçu Maître le 5 Septembre 1742 Provenance : - Vente à Paris, Ader-Picard-Tajan, Palais Galliera, Collection Henri de Rothschild et à divers amateurs, le 22 mars 1977, lot 131. Bibliographie : P. Kjellberg, Le mobilier français du XVIIIème siècle, Paris, 1989, p.271 (illustrée). Parallèlement à une production de meubles en vernis Martin, et à panneaux de laques de la Chine ou du Japon, Jacques Dubois confectionna des meubles en placage et en marqueterie de très grande qualité. C'est le cas de cette commode qui démontre les talents de marqueteurs de l'ébéniste, sur laquelle il a disposé un élégant décor de bronze ciselé et doré. Ce type de marqueterie florale en bois de bout, privilégié par Bernard Van Risenburgh apparaît sur quelques pièces de Dubois, notamment sur un bureau de pente de l'ancienne collection Maurice Segoura (illustré dans P. Kjellberg, Le mobilier français du XVIIIème siècle, Paris, 2002, p.313). Son ornementation de bronzes dorés, particulièrement le cartouche central fait d'un jeu de courbes et de contrecourbes feuillagées, est une constante chez l'un des confrères de Dubois, Matthieu Criaerd (maître en 1738), qui utilisa ce type de décor sur quelques-unes de ses commodes : voir notamment un exemplaire conservé au Musée du Louvre (D. Alcouffe, A. Dion-Tenenbaum et A. Lefébure, Le mobilier du Musée du Louvre, Dijon, 1993, p.152), ainsi qu'un second, livré pour le cabinet du Dauphin à Versailles (D. Meyer, Le mobilier de Versailles, XVIIème et XVIIIème siècles, Dijon, 2002, p.61). Dubois l'utilisa beaucoup plus rarement, dont une commode en placage de bois satiné et d'amarante passée récemment sur le marché de l'art (vente Christie's, Londres, 6 décembre 2007, lot 137) et une seconde, anciennement dans la collection du Dr. Anton C.R. Dreesmann (vente Christie's, Londres, le 10 avril 2002, lot 290). Notons que ce cartouche de bronze doré apparaît à l'identique sur quelques commodes de BVRB, particulièrement sur une première provenant du château de Bellevue (Vente à Paris, Mes Couturier-Nicolay, Collection Bensimon, les 18-19 novembre 1981, lot 46) et sur une seconde passée en vente chez Christie's, à New York, le 20 avril 2007, lot 50. Cette similitude tendrait à prouver, soit des relations commerciales entre les deux ébénistes, soit qu'ils faisaient tous deux appel au même bronzier. Jacques DUBOIS (1693-1763) ébéniste reçu maître le 5 septembre 1742. A l'instar de BVRB et de Joseph Baumhauer il est l'un des plus importants artisans en meubles du règne de Louis XV. Il fait ses débuts en tant qu'ouvrier libre dans le quartier du faubourg Saint-Antoine, puis fait enregistrer ses lettres de maîtrise quelques années plus tard. Il acquiert rapidement une grande notoriété, ce qui lui permet de se composer une des plus belles clientèles privées de l'époque. Pour ne donner que quelques exemples des chefs-d'oeuvre que réalisa l'ébéniste citons : les bureaux plats dits « de Choiseul » et « de Vergennes » conservés au Musée du Louvre, le monumental meuble en laque du Japon et vernis européen formant secrétaire et armoire conservé à Waddesdon Manor et l'exceptionnelle encoignure en placage de satiné marqueté de bois de bout qui fait partie des collections du J. Paul Getty Museum.

Auction archive: Lot number 187
Auction:
Datum:
4 Dec 2009
Auction house:
Thierry de Maigret
5 rue de Montholon
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 4483 9520
+33 (0)1 4483 9521
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert