Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 149

PORTRAIT DE DALI Daguerréotype pleine plaque Août 1967, temps de pose 3 minutes à

Estimate
€12,000 - €15,000
ca. US$16,139 - US$20,174
Price realised:
n. a.
Auction archive: Lot number 149

PORTRAIT DE DALI Daguerréotype pleine plaque Août 1967, temps de pose 3 minutes à

Estimate
€12,000 - €15,000
ca. US$16,139 - US$20,174
Price realised:
n. a.
Beschreibung:

PORTRAIT DE DALI Daguerréotype pleine plaque Août 1967, temps de pose 3 minutes à l'ombre avec accélérateur aux vapeurs de brôme, reproduit in «Dali et les plus grands photographes de son siècle», catalogue d'exposition du Musée de Perpignan 2004. Salvador DALI / Gérard THOMAS d'HOSTE L'artiste et le savant, le daguerréotype révélateur Âgé de 23 ans, Salvador Dali célébrait déjà la photographie, dans une revue catalane : « Pure objectivité du petit appareil photographique. Objectif de cristal. Lentille de poésie authentique. La main n'intervient plus. Subtiles harmonies physicochimiques. Plaque sensible aux plus tendres précisions. » À 30 ans, en pleine possession de son génie, il déclarait dans une autre revue : « Peinture : «Photographie» à la main et en couleurs de « l'irrationalité concrète» et du monde imaginatif en général. » Toute sa vie, Dali n'a cessé de rendre hommage à la photographie et d'en tirer tout le parti possible, depuis son utilisation en tant qu'oeuvre d'art, pour figurer l'extase par exemple, jusqu'à la mise en scène théâtrale ou illusionniste et ce avec la complicité de grands photographes tels que Philippe Halsman ou Robert Schall. Cette technique étant une source inépuisable de « réalité inédite », Dali s'est intéressé bien entendu très tôt, aux extraordinaires ressources de l'imagerie scientifique : la macrophotographie révélant l'aspect monarchique d'une goutte de lait, et les rayons X permettant de donner la preuve d'un repentir pictural. Gérard Thomas d'Hoste (1926-2003), outre sa qualité de néo-daguerréotypiste et amateur de la photographie des origines, était un cinéaste professionnel spécialisé dans le film scientifique, aussi leur rencontre eut-elle lieu sous ce double hospice particulièrement favorable. Les scientifiques étaient en effet à peu près les seuls interlocuteurs avec lesquels Dali prenait plaisir à parler ; souvent leurs discours partant d'une réalité précise, se poursuivaient sur des rails plus ou moins parallèles, avec convergence d'aiguillage et divergence asymptotique, laissant les auditeurs éberlués de tant de hauteur de vue, pour ne pas dire de dél ire jubilatoire, des deux côtés. La vraie générosité de Dali était de saisir toutes les occasions de manifester sa communauté de pensée ou de participer à l'enthousiasme d'une démarche artistique, scientifique, philosophique voire même musicale que lui proposaient jeunes ou vieux, autodidactes ou professeurs, artistes ou « fous de très bonne qualité ». En l'occurrence en 1967, Dali permit à Thomas d'Hoste d'établir un vrai laboratoire dans un réduit de sa propre maison de Port- Lligat, y faisant même murer une petite fenêtre, car la rigueur de la daguerréotypie contraint à utiliser la plaque préparée, dans l'heure qui suit. De la même manière, pour son portrait, au premier essai, il s'offrit à garder la pose 12 minutes, en plein soleil, les yeux ouverts et sans appui-tête. Heureusement, la seconde pose ne dura que 3 minutes. Thomas d'Hoste raconte qu'en ce qui concerne le daguerréotype figurant la nature morte il en alla de même, c'est avec le plus grand naturel et le plus sincère respect que Dali « pour débuter, nous a fourni lui-même tous les éléments de cette nature morte : sa machine à penser et deux agrandissements de structures d'oeil de mouche ainsi qu'un circuit électronique imprimé ». Il était entendu que, dans cette collaboration, il devait y avoir réciprocité : il était entendu que de son côté, Thomas d'Hoste devait aider Dali à réaliser la photographie de Dieu. La chose devait être faisable puisque Dali avait découvert que «Dieu est petit», probablement environ de la grandeur du mètre étalon. Et déjà à l'époque, l'holographie s'annonçait performante... mais ceci est une autre histoire.

Auction archive: Lot number 149
Auction:
Datum:
18 Dec 2008
Auction house:
Beaussant Lefèvre
32 rue Drouot
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 47704000
+33 (0)1 47706240
Beschreibung:

PORTRAIT DE DALI Daguerréotype pleine plaque Août 1967, temps de pose 3 minutes à l'ombre avec accélérateur aux vapeurs de brôme, reproduit in «Dali et les plus grands photographes de son siècle», catalogue d'exposition du Musée de Perpignan 2004. Salvador DALI / Gérard THOMAS d'HOSTE L'artiste et le savant, le daguerréotype révélateur Âgé de 23 ans, Salvador Dali célébrait déjà la photographie, dans une revue catalane : « Pure objectivité du petit appareil photographique. Objectif de cristal. Lentille de poésie authentique. La main n'intervient plus. Subtiles harmonies physicochimiques. Plaque sensible aux plus tendres précisions. » À 30 ans, en pleine possession de son génie, il déclarait dans une autre revue : « Peinture : «Photographie» à la main et en couleurs de « l'irrationalité concrète» et du monde imaginatif en général. » Toute sa vie, Dali n'a cessé de rendre hommage à la photographie et d'en tirer tout le parti possible, depuis son utilisation en tant qu'oeuvre d'art, pour figurer l'extase par exemple, jusqu'à la mise en scène théâtrale ou illusionniste et ce avec la complicité de grands photographes tels que Philippe Halsman ou Robert Schall. Cette technique étant une source inépuisable de « réalité inédite », Dali s'est intéressé bien entendu très tôt, aux extraordinaires ressources de l'imagerie scientifique : la macrophotographie révélant l'aspect monarchique d'une goutte de lait, et les rayons X permettant de donner la preuve d'un repentir pictural. Gérard Thomas d'Hoste (1926-2003), outre sa qualité de néo-daguerréotypiste et amateur de la photographie des origines, était un cinéaste professionnel spécialisé dans le film scientifique, aussi leur rencontre eut-elle lieu sous ce double hospice particulièrement favorable. Les scientifiques étaient en effet à peu près les seuls interlocuteurs avec lesquels Dali prenait plaisir à parler ; souvent leurs discours partant d'une réalité précise, se poursuivaient sur des rails plus ou moins parallèles, avec convergence d'aiguillage et divergence asymptotique, laissant les auditeurs éberlués de tant de hauteur de vue, pour ne pas dire de dél ire jubilatoire, des deux côtés. La vraie générosité de Dali était de saisir toutes les occasions de manifester sa communauté de pensée ou de participer à l'enthousiasme d'une démarche artistique, scientifique, philosophique voire même musicale que lui proposaient jeunes ou vieux, autodidactes ou professeurs, artistes ou « fous de très bonne qualité ». En l'occurrence en 1967, Dali permit à Thomas d'Hoste d'établir un vrai laboratoire dans un réduit de sa propre maison de Port- Lligat, y faisant même murer une petite fenêtre, car la rigueur de la daguerréotypie contraint à utiliser la plaque préparée, dans l'heure qui suit. De la même manière, pour son portrait, au premier essai, il s'offrit à garder la pose 12 minutes, en plein soleil, les yeux ouverts et sans appui-tête. Heureusement, la seconde pose ne dura que 3 minutes. Thomas d'Hoste raconte qu'en ce qui concerne le daguerréotype figurant la nature morte il en alla de même, c'est avec le plus grand naturel et le plus sincère respect que Dali « pour débuter, nous a fourni lui-même tous les éléments de cette nature morte : sa machine à penser et deux agrandissements de structures d'oeil de mouche ainsi qu'un circuit électronique imprimé ». Il était entendu que, dans cette collaboration, il devait y avoir réciprocité : il était entendu que de son côté, Thomas d'Hoste devait aider Dali à réaliser la photographie de Dieu. La chose devait être faisable puisque Dali avait découvert que «Dieu est petit», probablement environ de la grandeur du mètre étalon. Et déjà à l'époque, l'holographie s'annonçait performante... mais ceci est une autre histoire.

Auction archive: Lot number 149
Auction:
Datum:
18 Dec 2008
Auction house:
Beaussant Lefèvre
32 rue Drouot
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 47704000
+33 (0)1 47706240
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert