Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 50

René MAGRITTE (1898-1967)

Estimate
€80,000 - €150,000
ca. US$105,761 - US$198,301
Price realised:
n. a.
Auction archive: Lot number 50

René MAGRITTE (1898-1967)

Estimate
€80,000 - €150,000
ca. US$105,761 - US$198,301
Price realised:
n. a.
Beschreibung:

Composition Triptyque formant paravent. Huile sur panneau. Circa 1931. Signé en bas du panneau droit : EMAIR (pour M. R., monogramme de Magritte René . 170 x 180 cm (170 x 60 cm chaque feuille) Provenance : - Collection René Gaffé. Célèbre mécène et grand collectionneur, proche de l'artiste, propriétaire de trois oeuvres répertoriées de René Magritte sujet d'un portrait connu exécuté par le peintre. - Succession Jane Gaffé, veuve de René Gaffé. A noter : Cette oeuvre sera portée à l'addendum du catalogue raisonné de René Magritte actuellement en préparation Important : Un certificat du Comité René Magritte sera remis à l?acquéreur. René Gaffé, « L'honnête homme » du XXe siècle, C'est ainsi que fut décrit, dans la préface du catalogue de la vente d'Art Tribal de la Collection René Gaffé en 2001, cet incroyable mécène, grand collectionneur, homme d'affaires, écrivain, biographe, journaliste et critique d'art au parcours qui aurait pu peupler l'un de ses romans si sa nature profonde n'avait pas été de sublimer l'autre, surtout l'artiste, sans se soucier particulièrement de son ego. Son origine, son parcours, son profi l, tout devait conduire René Gaffé à une rencontre puis un rapprochement avec René Magritte Très tôt le collectionneur s'intéressa à l'oeuvre du « Peintre belge » en qui il avait vu, avant bien d'autres, l'un des artistes les plus importants du XXème siècle. Dès 1927, il put acquérir trois oeuvres de Magritte peintes l'année précédente - Les rêveries du promeneur solitaire - Le mariage de minuit - A la suite de l'eau, les nuages. Il l'aida dans des moments diffi ciles, notamment après son retour de France en 1930. Il est probable qu'il fi t l'acquisition du triptyque durant cette période. Ses rapports avec l'artiste refl étaient une réelle complicité. En 1942, René Magritte peint le portrait de René Gaffé, tableau resté célèbre. C'est peu de temps après, que Gaffé, ne partageant pas l'évolution picturale de Magritte à travers sa période Renoir, dite Impressionniste et rebaptisée fi nalement Le surréalisme en plein soleil, s'éloigne du peintre et leur relation se dégrade fortement. Le choix de René Gaffé de se séparer des trois oeuvres de Magritte peintes en 1926 tout en gardant le triptyque portant la signature d'Emair nous éclaire probablement sur les rapports qu'entretenaient les deux hommes. Il nous est possible d'interpréter ce choix comme une possible complicité transformée en pied de nez aux futures générations, jouant ainsi sur nos a priori. Nous pouvons également imaginer un secret perpétuant leur connivence et force est de nous rappeler les propos de Gaffé sur Eluard et Breton « Ils répugnaient à l'achat de banalités et, prodigieusement inspirés... », pensées et comportements qu'il fi t siens tout au long de sa vie, ne cédant jamais à la facilité et prônant ses exigences en art de vivre. Emair, la fa(r)ce cachée de René Magritte En 1922, avec son ami Victor Servranckx René Magritte publie, ou plutôt tente de publier un manifeste intitulé « L'art pur, défense de l'esthétique ». L'édition de l'ouvrage verra le jour en 1979 soit plus d'un demi siècle plus tard. Ils reviennent sur ce qui leur parait important dans le monde de l'art contemporain, leurs recherches, leurs points de vue, les processus créatifs mais aussi leurs théories sur l'art, son rôle et sa place dans le monde. René se souvient de sa passion pour Mondrian en 1915 quant à Victor il est proche de Marinetti et de l'Ecole futuriste italienne. Les deux jeunes gens sont également intéressés par le Purisme, mouvement fondé par Ozenfant et Le Corbusier et propagé, dans ce début des années 20, par la revue l'Esprit Nouveau. Ils ont en commun le goût pour les oeuvres de l'Ecole Cubiste, avant que celle-ci ne soit dévoyée, à leurs yeux, par tel ou tel post-cubiste. Quelques années plus tard, bien après son retour au pays en 1930, Magritte précisera « Avant, pendant et après mon séjour en France, j'ai subi des infl uences qui étaient éclairantes plutôt

Auction archive: Lot number 50
Auction:
Datum:
7 Dec 2010
Auction house:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Beschreibung:

Composition Triptyque formant paravent. Huile sur panneau. Circa 1931. Signé en bas du panneau droit : EMAIR (pour M. R., monogramme de Magritte René . 170 x 180 cm (170 x 60 cm chaque feuille) Provenance : - Collection René Gaffé. Célèbre mécène et grand collectionneur, proche de l'artiste, propriétaire de trois oeuvres répertoriées de René Magritte sujet d'un portrait connu exécuté par le peintre. - Succession Jane Gaffé, veuve de René Gaffé. A noter : Cette oeuvre sera portée à l'addendum du catalogue raisonné de René Magritte actuellement en préparation Important : Un certificat du Comité René Magritte sera remis à l?acquéreur. René Gaffé, « L'honnête homme » du XXe siècle, C'est ainsi que fut décrit, dans la préface du catalogue de la vente d'Art Tribal de la Collection René Gaffé en 2001, cet incroyable mécène, grand collectionneur, homme d'affaires, écrivain, biographe, journaliste et critique d'art au parcours qui aurait pu peupler l'un de ses romans si sa nature profonde n'avait pas été de sublimer l'autre, surtout l'artiste, sans se soucier particulièrement de son ego. Son origine, son parcours, son profi l, tout devait conduire René Gaffé à une rencontre puis un rapprochement avec René Magritte Très tôt le collectionneur s'intéressa à l'oeuvre du « Peintre belge » en qui il avait vu, avant bien d'autres, l'un des artistes les plus importants du XXème siècle. Dès 1927, il put acquérir trois oeuvres de Magritte peintes l'année précédente - Les rêveries du promeneur solitaire - Le mariage de minuit - A la suite de l'eau, les nuages. Il l'aida dans des moments diffi ciles, notamment après son retour de France en 1930. Il est probable qu'il fi t l'acquisition du triptyque durant cette période. Ses rapports avec l'artiste refl étaient une réelle complicité. En 1942, René Magritte peint le portrait de René Gaffé, tableau resté célèbre. C'est peu de temps après, que Gaffé, ne partageant pas l'évolution picturale de Magritte à travers sa période Renoir, dite Impressionniste et rebaptisée fi nalement Le surréalisme en plein soleil, s'éloigne du peintre et leur relation se dégrade fortement. Le choix de René Gaffé de se séparer des trois oeuvres de Magritte peintes en 1926 tout en gardant le triptyque portant la signature d'Emair nous éclaire probablement sur les rapports qu'entretenaient les deux hommes. Il nous est possible d'interpréter ce choix comme une possible complicité transformée en pied de nez aux futures générations, jouant ainsi sur nos a priori. Nous pouvons également imaginer un secret perpétuant leur connivence et force est de nous rappeler les propos de Gaffé sur Eluard et Breton « Ils répugnaient à l'achat de banalités et, prodigieusement inspirés... », pensées et comportements qu'il fi t siens tout au long de sa vie, ne cédant jamais à la facilité et prônant ses exigences en art de vivre. Emair, la fa(r)ce cachée de René Magritte En 1922, avec son ami Victor Servranckx René Magritte publie, ou plutôt tente de publier un manifeste intitulé « L'art pur, défense de l'esthétique ». L'édition de l'ouvrage verra le jour en 1979 soit plus d'un demi siècle plus tard. Ils reviennent sur ce qui leur parait important dans le monde de l'art contemporain, leurs recherches, leurs points de vue, les processus créatifs mais aussi leurs théories sur l'art, son rôle et sa place dans le monde. René se souvient de sa passion pour Mondrian en 1915 quant à Victor il est proche de Marinetti et de l'Ecole futuriste italienne. Les deux jeunes gens sont également intéressés par le Purisme, mouvement fondé par Ozenfant et Le Corbusier et propagé, dans ce début des années 20, par la revue l'Esprit Nouveau. Ils ont en commun le goût pour les oeuvres de l'Ecole Cubiste, avant que celle-ci ne soit dévoyée, à leurs yeux, par tel ou tel post-cubiste. Quelques années plus tard, bien après son retour au pays en 1930, Magritte précisera « Avant, pendant et après mon séjour en France, j'ai subi des infl uences qui étaient éclairantes plutôt

Auction archive: Lot number 50
Auction:
Datum:
7 Dec 2010
Auction house:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert