Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 36

ARMAN (1928-2005)

Estimate
€80,000 - €100,000
ca. US$103,708 - US$129,636
Price realised:
n. a.
Auction archive: Lot number 36

ARMAN (1928-2005)

Estimate
€80,000 - €100,000
ca. US$103,708 - US$129,636
Price realised:
n. a.
Beschreibung:

Salon de Musique, 1986 Fauteuil d'orchestre n o1 Accumulation de boîtes à violon et d'instruments à vent. Sur socle avec roulettes et blocages. Pièce unique 130 x 120 x 110 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.001 dans les archives du Studio Arman à New York Fauteuil d'orchestre n o 2 Accumulation de boîtes à violon et d'instruments à vent. Sur socle avec roulettes et blocages. Pièce unique 130 x 120 x 110 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.002 dans les archives du Studio Arman à New York Canapé Accumulation de boîtes à violon et à violoncelle. Sur socle avec roulettes et blocages. Pièce unique 300 x 120 x 130 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.003 dans les archives du Studio Arman à New York Table d'Harmonie Accumulation de boîtes à violon et plaque de verre. Pièce unique 120 x 120 x 70 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.004 dans les archives du Studio Arman à New York Ensemble signé sur un cartel au dos du canapé et dans les accoudoirs de chacun des fauteuils Provenance: Collection M. Jean-Louis Martinoty, administrateur général de l'Opéra de Paris de 1986 à 1989 Arman à l'opéra Arman s'est toujours intéressé à la musique, depuis les allures d'objets de ses débuts jusqu'aux portraits robots de compositeurs dans les années 90. C'est le metteur en scène Jean-Louis Martinoty, passionné d'art contemporain, qui lui ouvre les portes de l'Opéra-Comique en lui proposant les décors et costumes de L'Heure espagnole de Maurice Ravel en 1985: «j'avais l'impression que l'oeuvre avait été écrite pour moi» déclara-t-il. En effet dans la boutique de l'horloger où s'accumulent pendules qui sonnent toutes une heure différente, automates musicaux et amants de l'impétueuse épouse, Arman laisse libre cours à sa fantaisie inépuisable tout en citant la propre histoire de son oeuvre, depuis une colère de violon (au détriment du violon solo de l'orchestre) jusqu'à une accumulation de réveils/amants qui évoque le monument de la gare Saint-Lazare. L'amitié et la collaboration avec Jean-Louis Martinoty, devenu directeur de l'Opéra de Paris, se poursuit spectaculairement avec en 1988 Une carte blanche à Arman, libre parabole des interactions de son oeuvre et de scènes d'opéra, d'installations plastiques mises en perspective théâtrale, un canevas reposant sur des extraits-découpes de la musique d'Aperghis, sur un canevas voulu, mis en scène et en décors par Arman. Il offre à Jean-Louis Martinoty maquettes et oeuvres originales et crée pour lui un «salon de musique» qui consacre cette longue relation entre deux artistes de la scène des Arts. Le mobilier de ce bureau, au Palais Garnier, au milieu de nombreuses oeuvres d'autres plasticiens, devient la vitrine de la politique artistique de Jean-Louis Martinoty à l'Opéra de Paris et de ses rapports avec l'art contemporain qui imprègne tout son travail. En 1986 Arman a conçu ce Salon de musique pour Jean Louis Martinoty, entièrement à partir de boîtes d'instruments (29 violons, 2 violoncelles, 7 instruments à vent) qu'il a voulues usagées, ayant un vécu, certaines même offertes par les musiciens de l'Orchestre de l'Opéra. Les couleurs des coussins modelés individuellement sur chaque instrument, sont aléatoires car elles reprennent scrupuleusement la couleur du capitonnage intérieur de la boîte. Placé au coeur du bureau du Directeur de l'Opéra, entouré d'autres oeuvres d'Arman et de nombreux artistes liés à une programmation de rapprochement avec l'art contemporain, ce mobilier exceptionnel, sans équivalent dans l'oeuvre d'Arman (c'est l'unique table du genre), a fait l'objet de nombre reportages, particulièrement d'un journal télévisé en direct de FR3 et de sujets entre autres de ZDF en Allemagne ou NHK au Japon. «Sur le principe qu'il avait adopté pour ses poubelles et ses portraits-robots, Arman a réalisé en 1988 un portrait/poubelle du Palais Garnier avec des accessoires de théatre, sculptures, étoffes, casques, chandelier, et

Auction archive: Lot number 36
Auction:
Datum:
20 Mar 2013
Auction house:
Millon - Maison de ventes aux enchères
rue Grange Batelière 19
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 48009944
Beschreibung:

Salon de Musique, 1986 Fauteuil d'orchestre n o1 Accumulation de boîtes à violon et d'instruments à vent. Sur socle avec roulettes et blocages. Pièce unique 130 x 120 x 110 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.001 dans les archives du Studio Arman à New York Fauteuil d'orchestre n o 2 Accumulation de boîtes à violon et d'instruments à vent. Sur socle avec roulettes et blocages. Pièce unique 130 x 120 x 110 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.002 dans les archives du Studio Arman à New York Canapé Accumulation de boîtes à violon et à violoncelle. Sur socle avec roulettes et blocages. Pièce unique 300 x 120 x 130 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.003 dans les archives du Studio Arman à New York Table d'Harmonie Accumulation de boîtes à violon et plaque de verre. Pièce unique 120 x 120 x 70 cm Cette oeuvre est répertoriée sous le no APA #4024.86.004 dans les archives du Studio Arman à New York Ensemble signé sur un cartel au dos du canapé et dans les accoudoirs de chacun des fauteuils Provenance: Collection M. Jean-Louis Martinoty, administrateur général de l'Opéra de Paris de 1986 à 1989 Arman à l'opéra Arman s'est toujours intéressé à la musique, depuis les allures d'objets de ses débuts jusqu'aux portraits robots de compositeurs dans les années 90. C'est le metteur en scène Jean-Louis Martinoty, passionné d'art contemporain, qui lui ouvre les portes de l'Opéra-Comique en lui proposant les décors et costumes de L'Heure espagnole de Maurice Ravel en 1985: «j'avais l'impression que l'oeuvre avait été écrite pour moi» déclara-t-il. En effet dans la boutique de l'horloger où s'accumulent pendules qui sonnent toutes une heure différente, automates musicaux et amants de l'impétueuse épouse, Arman laisse libre cours à sa fantaisie inépuisable tout en citant la propre histoire de son oeuvre, depuis une colère de violon (au détriment du violon solo de l'orchestre) jusqu'à une accumulation de réveils/amants qui évoque le monument de la gare Saint-Lazare. L'amitié et la collaboration avec Jean-Louis Martinoty, devenu directeur de l'Opéra de Paris, se poursuit spectaculairement avec en 1988 Une carte blanche à Arman, libre parabole des interactions de son oeuvre et de scènes d'opéra, d'installations plastiques mises en perspective théâtrale, un canevas reposant sur des extraits-découpes de la musique d'Aperghis, sur un canevas voulu, mis en scène et en décors par Arman. Il offre à Jean-Louis Martinoty maquettes et oeuvres originales et crée pour lui un «salon de musique» qui consacre cette longue relation entre deux artistes de la scène des Arts. Le mobilier de ce bureau, au Palais Garnier, au milieu de nombreuses oeuvres d'autres plasticiens, devient la vitrine de la politique artistique de Jean-Louis Martinoty à l'Opéra de Paris et de ses rapports avec l'art contemporain qui imprègne tout son travail. En 1986 Arman a conçu ce Salon de musique pour Jean Louis Martinoty, entièrement à partir de boîtes d'instruments (29 violons, 2 violoncelles, 7 instruments à vent) qu'il a voulues usagées, ayant un vécu, certaines même offertes par les musiciens de l'Orchestre de l'Opéra. Les couleurs des coussins modelés individuellement sur chaque instrument, sont aléatoires car elles reprennent scrupuleusement la couleur du capitonnage intérieur de la boîte. Placé au coeur du bureau du Directeur de l'Opéra, entouré d'autres oeuvres d'Arman et de nombreux artistes liés à une programmation de rapprochement avec l'art contemporain, ce mobilier exceptionnel, sans équivalent dans l'oeuvre d'Arman (c'est l'unique table du genre), a fait l'objet de nombre reportages, particulièrement d'un journal télévisé en direct de FR3 et de sujets entre autres de ZDF en Allemagne ou NHK au Japon. «Sur le principe qu'il avait adopté pour ses poubelles et ses portraits-robots, Arman a réalisé en 1988 un portrait/poubelle du Palais Garnier avec des accessoires de théatre, sculptures, étoffes, casques, chandelier, et

Auction archive: Lot number 36
Auction:
Datum:
20 Mar 2013
Auction house:
Millon - Maison de ventes aux enchères
rue Grange Batelière 19
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 48009944
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert