Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 228

Les adieux de Coriolan à sa femme Charles Rollin, L'Histoire Romaine, Paris, 1741,Tome

Estimate
€80,000 - €120,000
ca. US$105,608 - US$158,412
Price realised:
€120,000
ca. US$158,412
Auction archive: Lot number 228

Les adieux de Coriolan à sa femme Charles Rollin, L'Histoire Romaine, Paris, 1741,Tome

Estimate
€80,000 - €120,000
ca. US$105,608 - US$158,412
Price realised:
€120,000
ca. US$158,412
Beschreibung:

Les adieux de Coriolan à sa femme Charles Rollin, L'Histoire Romaine, Paris, 1741,Tome I, Livre III. Huile sur toile, rentoilée. 145 x 196 cm (Restaurations, couture apparente). Cadre en bois doré, estampillé Infroit. Historique: Collection Jacques Augustin de Silvestre (1719-1809), Professeur de dessin des Enfants de France. V ente M. de Silvestre, Paris, 28 février-25 mars 1811, n° 1, avec dimensions: Haut. 53 pouces, Larg. 73 pouces, (soit 143 x 197 cm). Exposition: Paris, Salon de 1781, n° 134, "Les Adieux de Coriolan à sa femme au moment qu'il part pour se rendre chez les Volsques". Oeuvre en rapport: Un dessin pour Coriolan, partie du n° 166 de la vente de M. de Silvestre. Bibliographie: Diderot, Salon de 1781, édition de Jean Seznec,Tome IV, Oxford 1967, p. 367. "Tableau plus agréable de loin que de près. Point de couleur, point d'expression ; têtes de femmes laides et pas trop bien dessinées ; raide dans les figures ; cependant le tout, l'ensemble, n'est pas sans effet". Bachaumont, Les Salons des Mémoires Secrets, Paris, 1999. p. 237. "... Je ne puis m'empêcher de jeter quelques fleurs en passant sur le tombeau de M. Aubry, qui, d'abord livré seulement au portrait, s'était ensuite exercé dans le genre familier, et cette fois s'élevant jusqu' à l'histoire, pour dernier fruit de son travail, a laissé Les Adieux de Coriolan à sa femme au moment qu'il part pour se rendre chez les Volsques. Accoutumé aux scènes vulgaires, il a bien senti la noblesse de son nouveau sujet, l'a sagement composé, y a mis de l'onction et plus de coloris que de coutume ; c'est une vraie perte". Notice sur M. Aubry, peintre, BNF Estampes, Collection Deloynes, LXI, n° 1903, p. 315. L'auteur anonyme écrit qu' à Rome, Aubry "étudia avec une espèce d'avidité....Le tableau de Coriolan... fut le premier fruit de ces nouvelles études. Ce coup d'essai dont le sujet avait quelques rapport à la situation de son âme, obtint au dernier Salon les suffrages unanimes des connaisseurs". Catalogue raisonné de la collection de feu M. de Silvestre, Paris, 1810. S. Laveissière, in Nouvelles acquisitions du département des peintures (1983- 1986), Paris, 1987, p. 124-126. À propos d'un tableau néo-classique alors attribué à Etienne Aubry et déposé au musée de Cholet

Auction archive: Lot number 228
Auction:
Datum:
23 Mar 2012
Auction house:
Beaussant Lefèvre
32 rue Drouot
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 47704000
+33 (0)1 47706240
Beschreibung:

Les adieux de Coriolan à sa femme Charles Rollin, L'Histoire Romaine, Paris, 1741,Tome I, Livre III. Huile sur toile, rentoilée. 145 x 196 cm (Restaurations, couture apparente). Cadre en bois doré, estampillé Infroit. Historique: Collection Jacques Augustin de Silvestre (1719-1809), Professeur de dessin des Enfants de France. V ente M. de Silvestre, Paris, 28 février-25 mars 1811, n° 1, avec dimensions: Haut. 53 pouces, Larg. 73 pouces, (soit 143 x 197 cm). Exposition: Paris, Salon de 1781, n° 134, "Les Adieux de Coriolan à sa femme au moment qu'il part pour se rendre chez les Volsques". Oeuvre en rapport: Un dessin pour Coriolan, partie du n° 166 de la vente de M. de Silvestre. Bibliographie: Diderot, Salon de 1781, édition de Jean Seznec,Tome IV, Oxford 1967, p. 367. "Tableau plus agréable de loin que de près. Point de couleur, point d'expression ; têtes de femmes laides et pas trop bien dessinées ; raide dans les figures ; cependant le tout, l'ensemble, n'est pas sans effet". Bachaumont, Les Salons des Mémoires Secrets, Paris, 1999. p. 237. "... Je ne puis m'empêcher de jeter quelques fleurs en passant sur le tombeau de M. Aubry, qui, d'abord livré seulement au portrait, s'était ensuite exercé dans le genre familier, et cette fois s'élevant jusqu' à l'histoire, pour dernier fruit de son travail, a laissé Les Adieux de Coriolan à sa femme au moment qu'il part pour se rendre chez les Volsques. Accoutumé aux scènes vulgaires, il a bien senti la noblesse de son nouveau sujet, l'a sagement composé, y a mis de l'onction et plus de coloris que de coutume ; c'est une vraie perte". Notice sur M. Aubry, peintre, BNF Estampes, Collection Deloynes, LXI, n° 1903, p. 315. L'auteur anonyme écrit qu' à Rome, Aubry "étudia avec une espèce d'avidité....Le tableau de Coriolan... fut le premier fruit de ces nouvelles études. Ce coup d'essai dont le sujet avait quelques rapport à la situation de son âme, obtint au dernier Salon les suffrages unanimes des connaisseurs". Catalogue raisonné de la collection de feu M. de Silvestre, Paris, 1810. S. Laveissière, in Nouvelles acquisitions du département des peintures (1983- 1986), Paris, 1987, p. 124-126. À propos d'un tableau néo-classique alors attribué à Etienne Aubry et déposé au musée de Cholet

Auction archive: Lot number 228
Auction:
Datum:
23 Mar 2012
Auction house:
Beaussant Lefèvre
32 rue Drouot
75009 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 47704000
+33 (0)1 47706240
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert