Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 8

ÉCOLE DE SAVOIE VERS 1472

Estimate
€150,000 - €200,000
ca. US$204,524 - US$272,699
Price realised:
€193,033
ca. US$263,199
Auction archive: Lot number 8

ÉCOLE DE SAVOIE VERS 1472

Estimate
€150,000 - €200,000
ca. US$204,524 - US$272,699
Price realised:
€193,033
ca. US$263,199
Beschreibung:

L'Adoration des bergers avec Charlotte de Savoie et Saint François L'Adoration des Mages Paire de panneaux, volets de diptyque, des traces de clous sont visibles à la radiographie 36 x 27 cm chaque, avec encadrement 42 x 33 cm Au verso les armoiries rapportées de Charlotte de Savoie reine de France, un volet est monogrammé L C, l'autre porte les lettres DV Provenance: Collection Charlotte de Savoie, à sa mort en 1483(ung tableau ouquel est la nativité, aux armes de la Royne; non estimé); Très probablement resté dans sa descendance, Anne sa fille et Suzanne sa petite fille, installées au château de Bourbon-L'Archambault; Collection M. Quedreville, Château de Bourbon-l'Archambault; Vente Quedreville, Paris, (Me Malard), 29-31 mars 1852, n° 120; Collection Léon Arnoult, avant 1904; Collection Lévaï-Carlson, Stockholm, en 1958. Exposition: Cinq siècles d'Art français, Stockholm, Musée National, 1958, n°17. Bibliographie: P. Lacroix et F. Séré, Le Moyen Age et la Renaissance, Paris, tome I, vers 1851; A. Tuetey, Inventaire des Biens de Charlotte de Savoie, Paris, Bibliothèque de l'Ecole des Cartes, 1865, Tome XXVI, p. 352; Ch. Sterling, «Carnet Savoyard», Revue du Louvre, n° 5-6, Paris, 1978, pp. 333-337, reproduit fig. 1, 2, 4, 6 et 8 Redécouverts et publiés brillamment par Charles Sterling, nos deux panneaux formant diptyque constituent une importante découverte pour la peinture primitive savoyarde. Il s'agit une oeuvre caractéristique et majeure de cette école régionale du XVème siècle encore peu étudiée. Selon Charles Sterling (voir Opus cit. supra), la Savoie est, après la Bourgogne, un état que sa complexité politique rend difficile à appréhender. S'étendant sur une grande partie des Alpes, elle parvient à rassembler des territoires aussi vastes que la Savoie, le comté de Nice, le Piémont et le comté de Vaud..., contrôlant les accès aux nombreux cols si importants pour la route du commerce. Ce grand état est pourvu de deux «capitales», Chambéry et Turin. Sa culture franco-italienne est perméable aux influences germaniques proches, et si les documents attestent de la présence à la cour de nombreux artistes étrangers, il est difficile de cerner une école savoyarde particulière dans le domaine des Arts. La plupart des oeuvres connues et étudiées semble souligner ce côté hétéroclite donné par une grande diversité d'influences. Ce n'est que dans la région du Piémont qu'on retrouve une certaine continuité avec la persistance du style international franco-flamand, qui à l'inverse de l'art savoyard nous est plus familier. Notre diptyque a été signalé pour la première fois dans la littérature en 1851 pour des raisons bien particulières: il comporte le deuxième portrait connu de la reine Charlotte de Savoie après celui de l'ouvrage de Jacques Le Boucq (1520-1573), connu sous le nom de Recueil d'Arras (voir Ch. Sterling, reproduit fig.3, p. 334). Conservé aujourd'hui à la Bibliothèque Municipale d'Arras, il rassemble de nombreux portraits dessinés qui en font une précieuse source iconographique. Jacques Le Boucq fut un important portraitiste du XVIème siècle «croquant» ses contemporains sur le vif. Il réalisa par contre les portraits des modèles des XIVème et XVème siècles soit d'après des monuments funéraires soit d'après des portraits originaux auxquels il pouvait avoir accès grâce à ses importants protecteurs. Dans la dernière partie de sa vie il travailla ainsi pour Charles Quint. Il peignit le portrait de la reine Charlotte vraisemblablement d'après un portrait antérieur à celui de notre panneau. Les portraits de Charlotte sont donc rares. D'ailleurs selon Charles Sterling, si le diptyque est uniquement mentionné dans l'inventaire après décès de Charlotte par la description du volet de L'Adoration des bergers avec Charlotte de Savoie et Saint François («ung tableau ouquel est la Nativité, aux armes de la Royne; non estimé»), c'est parce qu'il est considéré comme primordial à cause du portrait de la reine. Ce portrait en pied de la

Auction archive: Lot number 8
Auction:
Datum:
25 Oct 2013
Auction house:
SAS Cornette de Saint Cyr
46 avenue Kléber
75116 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 47271124
Beschreibung:

L'Adoration des bergers avec Charlotte de Savoie et Saint François L'Adoration des Mages Paire de panneaux, volets de diptyque, des traces de clous sont visibles à la radiographie 36 x 27 cm chaque, avec encadrement 42 x 33 cm Au verso les armoiries rapportées de Charlotte de Savoie reine de France, un volet est monogrammé L C, l'autre porte les lettres DV Provenance: Collection Charlotte de Savoie, à sa mort en 1483(ung tableau ouquel est la nativité, aux armes de la Royne; non estimé); Très probablement resté dans sa descendance, Anne sa fille et Suzanne sa petite fille, installées au château de Bourbon-L'Archambault; Collection M. Quedreville, Château de Bourbon-l'Archambault; Vente Quedreville, Paris, (Me Malard), 29-31 mars 1852, n° 120; Collection Léon Arnoult, avant 1904; Collection Lévaï-Carlson, Stockholm, en 1958. Exposition: Cinq siècles d'Art français, Stockholm, Musée National, 1958, n°17. Bibliographie: P. Lacroix et F. Séré, Le Moyen Age et la Renaissance, Paris, tome I, vers 1851; A. Tuetey, Inventaire des Biens de Charlotte de Savoie, Paris, Bibliothèque de l'Ecole des Cartes, 1865, Tome XXVI, p. 352; Ch. Sterling, «Carnet Savoyard», Revue du Louvre, n° 5-6, Paris, 1978, pp. 333-337, reproduit fig. 1, 2, 4, 6 et 8 Redécouverts et publiés brillamment par Charles Sterling, nos deux panneaux formant diptyque constituent une importante découverte pour la peinture primitive savoyarde. Il s'agit une oeuvre caractéristique et majeure de cette école régionale du XVème siècle encore peu étudiée. Selon Charles Sterling (voir Opus cit. supra), la Savoie est, après la Bourgogne, un état que sa complexité politique rend difficile à appréhender. S'étendant sur une grande partie des Alpes, elle parvient à rassembler des territoires aussi vastes que la Savoie, le comté de Nice, le Piémont et le comté de Vaud..., contrôlant les accès aux nombreux cols si importants pour la route du commerce. Ce grand état est pourvu de deux «capitales», Chambéry et Turin. Sa culture franco-italienne est perméable aux influences germaniques proches, et si les documents attestent de la présence à la cour de nombreux artistes étrangers, il est difficile de cerner une école savoyarde particulière dans le domaine des Arts. La plupart des oeuvres connues et étudiées semble souligner ce côté hétéroclite donné par une grande diversité d'influences. Ce n'est que dans la région du Piémont qu'on retrouve une certaine continuité avec la persistance du style international franco-flamand, qui à l'inverse de l'art savoyard nous est plus familier. Notre diptyque a été signalé pour la première fois dans la littérature en 1851 pour des raisons bien particulières: il comporte le deuxième portrait connu de la reine Charlotte de Savoie après celui de l'ouvrage de Jacques Le Boucq (1520-1573), connu sous le nom de Recueil d'Arras (voir Ch. Sterling, reproduit fig.3, p. 334). Conservé aujourd'hui à la Bibliothèque Municipale d'Arras, il rassemble de nombreux portraits dessinés qui en font une précieuse source iconographique. Jacques Le Boucq fut un important portraitiste du XVIème siècle «croquant» ses contemporains sur le vif. Il réalisa par contre les portraits des modèles des XIVème et XVème siècles soit d'après des monuments funéraires soit d'après des portraits originaux auxquels il pouvait avoir accès grâce à ses importants protecteurs. Dans la dernière partie de sa vie il travailla ainsi pour Charles Quint. Il peignit le portrait de la reine Charlotte vraisemblablement d'après un portrait antérieur à celui de notre panneau. Les portraits de Charlotte sont donc rares. D'ailleurs selon Charles Sterling, si le diptyque est uniquement mentionné dans l'inventaire après décès de Charlotte par la description du volet de L'Adoration des bergers avec Charlotte de Savoie et Saint François («ung tableau ouquel est la Nativité, aux armes de la Royne; non estimé»), c'est parce qu'il est considéré comme primordial à cause du portrait de la reine. Ce portrait en pied de la

Auction archive: Lot number 8
Auction:
Datum:
25 Oct 2013
Auction house:
SAS Cornette de Saint Cyr
46 avenue Kléber
75116 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 47271124
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert