Premium pages left without account:

Auction archive: Lot number 162

Charles-Augustin SAINTE-BEUVE (1804-1869)

Estimate
€500 - €600
ca. US$667 - US$801
Price realised:
€600
ca. US$801
Auction archive: Lot number 162

Charles-Augustin SAINTE-BEUVE (1804-1869)

Estimate
€500 - €600
ca. US$667 - US$801
Price realised:
€600
ca. US$801
Beschreibung:

L.A.S., 31 janvier 1830, à Abel-François Villemain; 2 pages in-4, adresse. Très belle lettre, à la fois bilan et interrogation sur son existence.{CR}«Cette lettre est pour vous, pour vous seul [...] J’ai vingt-cinq ans; je sens que les années se passent sans rien apporter de meilleur à ma destinée et surtout sans calmer mon ame. J’ai un grand désir d’aller, de voir, de changer, de savoir ce que c’est que le monde, & la vie; j’en ai besoin pour le peu que je puis faire; je veux essayer si ce ne sera pas un moyen de m’appaiser. D’un autre côté, je suis ici tenu à la glèbe, il me faut vivre, gagner de l’argent par des articles de quinzaine en quinzaine, et au bout de l’année si j’ai quelques cent francs d’économie, cela me mène à faire une échappée de six semaines d’où je ne rapporte que des regrets et des sensations étouffées. Par la disposition des choses et le concours des circonstances, je suis à la veille de m’installer plus que jamais dans cette vie insuffisante; il ne tient qu’à moi de donner tout mon tems aux journaux et d’y créer à ce qu’on appelle mon talent une certaine position. Mais, vous l’avouerai-je, cela me répugne horriblement; cela me semble un gaspillage des dons de Dieu. Après une vie pleine d’oeuvres, on peut finir par là, se reposer dans cette variété amusante et s’y laisser aller sans trop de remords. Mais qu’ai-je fait, pour croire que je n’ai plus qu’à promener mes yeux sur les choses & dire à tort et à travers mon avis sur ce qui vaut mieux que moi. Cette vie là m’ennuie, me pèse, me flétrit mon peu de poésie; au moment de m’y enfoncer, je recule et je voudrois m’y soustraire»... Il voudrait quitter Paris, partir à l’étranger et y devenir précepteur ou professeur, et demande à Villemain de l’y aider, en gardant là-dessus le secret: «je ne veux fuir que moi, mes ennuis, ma paresse, ma plaine de Montrouge et mon horizon de l’an passé»...{CR}Correspondance générale (éd. J. Bonnerot), t. I, n° 104, p. 173

Auction archive: Lot number 162
Auction:
Datum:
21 Feb 2013
Auction house:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Beschreibung:

L.A.S., 31 janvier 1830, à Abel-François Villemain; 2 pages in-4, adresse. Très belle lettre, à la fois bilan et interrogation sur son existence.{CR}«Cette lettre est pour vous, pour vous seul [...] J’ai vingt-cinq ans; je sens que les années se passent sans rien apporter de meilleur à ma destinée et surtout sans calmer mon ame. J’ai un grand désir d’aller, de voir, de changer, de savoir ce que c’est que le monde, & la vie; j’en ai besoin pour le peu que je puis faire; je veux essayer si ce ne sera pas un moyen de m’appaiser. D’un autre côté, je suis ici tenu à la glèbe, il me faut vivre, gagner de l’argent par des articles de quinzaine en quinzaine, et au bout de l’année si j’ai quelques cent francs d’économie, cela me mène à faire une échappée de six semaines d’où je ne rapporte que des regrets et des sensations étouffées. Par la disposition des choses et le concours des circonstances, je suis à la veille de m’installer plus que jamais dans cette vie insuffisante; il ne tient qu’à moi de donner tout mon tems aux journaux et d’y créer à ce qu’on appelle mon talent une certaine position. Mais, vous l’avouerai-je, cela me répugne horriblement; cela me semble un gaspillage des dons de Dieu. Après une vie pleine d’oeuvres, on peut finir par là, se reposer dans cette variété amusante et s’y laisser aller sans trop de remords. Mais qu’ai-je fait, pour croire que je n’ai plus qu’à promener mes yeux sur les choses & dire à tort et à travers mon avis sur ce qui vaut mieux que moi. Cette vie là m’ennuie, me pèse, me flétrit mon peu de poésie; au moment de m’y enfoncer, je recule et je voudrois m’y soustraire»... Il voudrait quitter Paris, partir à l’étranger et y devenir précepteur ou professeur, et demande à Villemain de l’y aider, en gardant là-dessus le secret: «je ne veux fuir que moi, mes ennuis, ma paresse, ma plaine de Montrouge et mon horizon de l’an passé»...{CR}Correspondance générale (éd. J. Bonnerot), t. I, n° 104, p. 173

Auction archive: Lot number 162
Auction:
Datum:
21 Feb 2013
Auction house:
La Maison de Vente Ader
3, rue Favart
75002 Paris
France
[email protected]
+33 (0)1 53407710
+33 (0)1 53407720
Try LotSearch

Try LotSearch and its premium features for 7 days - without any costs!

  • Search lots and bid
  • Price database and artist analysis
  • Alerts for your searches
Create an alert now!

Be notified automatically about new items in upcoming auctions.

Create an alert